fbpx

Noël au Japon : une romance au goût de poulet

Des décorations de Noël démesurées aux gâteaux de Noël kitchissimement décorés, en passant par le repas de Noël made in KFC, le Japon a adopté les traditions de Noël occidentales d’une façon qui lui est propre. Comment et pourquoi ? Promenons-nous ensemble dans cet article pour le découvrir !

Dernièrement, j’ai eu l’occasion de rédiger de nombreuses missives sur le rapport à la religion au Japon. À ceux d’entre vous qui les ont lues, j’avais sans aucun doute promis une petite explication supplémentaire au sujet de Noël au Japon. Il faut dire que l’adaptation surprenante que le pays du soleil levant a fait de cette tradition occidentale mérite bien le détour !

Noël au Japon… Eh bien, sans surprise, c’était un 24 décembre. Je me promenais le long d’une des grandes avenues de Kyoto, et j’admirais le monceau de décorations lumineuses qui avaient été dressées entre les immeubles pour l’occasion. Comme j’étais loin de ma famille pour ces fêtes, c’était un peu ma façon à moi de profiter de l’ambiance. Sapin, guirlandes, rennes au nez rouge… Jusqu’ici, rien de très perturbant. En revanche, une scène déroutante pour l’occidentale que je suis a soudain attiré mon regard. Jusque sur le trottoir, s’étiraient des files d’attente interminables. Des dizaines de personnes qui cherchaient à tout prix à entrer dans… des enseignes de KFC (le fameux fast-food de poulet). 

Un repas de réveillon made in KFC

Haussant un sourcil, j’ai resserré mon écharpe verte à pois rouges, et je suis allée enquêter sur place. Je me suis tout de suite attiré des regards étonnés. En effet, il y avait là uniquement des couples, visiblement apprêtés pour un rendez-vous galant ! C’est ainsi que j’ai découvert qu’au Japon, Noël est bien fêté, mais plutôt en amoureux qu’en famille. C’est un peu une Saint-Valentin bis, en somme, même si l’on fait aussi parfois des cadeaux aux jeunes enfants. 

Or, le KFC est extrêmement plébiscité pour cette occasion ! Peut-être parce qu’il est considéré comme un summum d’intimité de partager un bol de poulet à deux ? L’étape d’après, pour les couples qui en sont là, c’est le “love hôtel”. Un lieu où les couples peuvent s’adonner à certaines activités d’adultes réjouissantes en toute intimité, dans un cadre romantique

Du poulet pour remplacer la dinde

Vous vous en doutez, après cette nuit de Noël un peu spéciale, je n’ai pas pu m’empêcher de me renseigner sur les mystères du Noël nippon. Derrière cet engouement pour le poulet se cache une campagne de communication très finement jouée de la part de KFC. L’enseigne s’est en effet imposée devant l’absence des plats traditionnels de Noël au Japon, et a proposé un “Noël style Kentucky”, (ou “Kurisumasu ni wa kentakkii! »).

Selon le Financial Times, cette campagne a démarré en 1974, et les fast-food n’ont pas désempli depuis ! Les menus spéciaux de Noël, comprenant parfois gâteau de Noël décoré et champagne, se commandent même plusieurs mois à l’avance. Je vous laisse admirer une pub récente sur ce même thème.

Si on remonte à l’origine, cette “adaptation” singulière vient aussi du fait que Noël au Japon est une fête “hors sol”, puisque la tradition chrétienne y est très peu implantée. Aucun symbole religieux n’a donc été récupéré, et tout y est simple affaire de Père Noël et de décorations. C’est d’ailleurs aussi un aspect exotique qui est recherché ! Si bien que selon deux chercheurs qui se sont penchés sur le sujet, Junke Kimura et Russell Belk, les traditions sont toujours un peu tenues à distance, pour qu’elles restent exotiques, justement. 

Noël au Japon : un événement exotique

On trouve donc souvent non pas des marchés de Noël mais des “marchés de Noël allemands” ou norvégiens, etc. De même pour les Père Noël, dont il existe des déclinaisons par pays ! Les deux chercheurs ont aussi interrogé le directeur de Universal Studio Japan, un parc d’attraction connu qui met Noël à l’honneur chaque année. Celui-ci révèle que les père Noël sont toujours joués par des occidentaux, des américains, qui ne parlent pas Japonais et qui sont “remplacés » chaque année. Vous reprendrez-bien une petite tranche d’occidental bien frais ? 

Le fait qu’il ne s’agisse pas d’une fête traditionnelle japonaise permet aussi aux Japonais de fêter cet événement de façon moins formelle. Exit la pression sociale qui peut régner sur des fêtes bien implantées : à Noël, rien n’est vraiment obligatoire, qu’il s’agisse des cadeaux, du menu… Une liberté qui peut être appréciable. Et puis, il faut l’avouer, les décorations de Noël ont aussi un côté très photogénique qui n’est pas pour déplaire aux Japonais, férus de jolies images…

À bientôt par lettres !

Alice

Aux sources d’Alice

– Junko Kimura et Russell Belk, Christmas in Japan : Globalization Versus Localization, Consumption markets and culture (2005)

– Lindsay Whipp, All Japan want for Christmas is Kentucky Fried Chicken, Financial Times

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You don't have credit card details available. You will be redirected to update payment method page. Click OK to continue.

Retour haut de page